← Retour au blog

Qu'est-ce que le carburant durable d'aviation et pourquoi s'en soucier ?

9 Juin 2022 11 MIN READ

Présenté par TravelPerk, la première plateforme de voyages d'affaires.

>
Home>Ressources>Blog>Qu'est-ce que le carburant durable d'aviation et pourquoi s'en soucier ?
Qu'est-ce que le carburant durable d'aviation et pourquoi s'en soucier ?

Partout dans le monde, les voyageurs choisissent des moyens plus écologiques pour se déplacer. Selon une récente étude de Business Insider, environ 40 % des voyageurs affirment qu'ils préféreraient faire moins de voyages mais plus longs si cela pouvait contribuer à réduire leur impact environnemental.

Par ailleurs, 40 % ont révélé qu'ils seraient heureux de séjourner dans un « hôtel moins privilégié mais plus écologique », et 1 sur 3 est enclin à prendre les transports en commun. Cela vaut particulièrement pour les jeunes générations, puisque 93 % des membres de la génération Z et 89 % des milléniaux se disent prêts à changer leurs habitudes de voyage pour le bien de l'environnement.

L'industrie du voyage elle-même progresse également vers la création de voyages plus durables. Et si de nombreuses nouvelles technologies et tendances émergent pour aider à atteindre cet objectif, aucune n'est aussi prometteuse que le carburant durable d'aviation. Également connu sous le nom de « carburant d'aviation durable » ou « SAF », cela représente l'un des plus grands bonds en avant pour l'industrie aéronautique. Examinons de plus près ce qu'il en est et pourquoi cela pourrait faire une telle différence.

avion à l'aéroport

Pour un peu de contexte

Nous savons tous que le changement climatique est un problème, plus précisément le changement climatique anthropique. La théorie du changement climatique anthropique suppose que les humains provoquent les changements les plus importants de notre climat en brûlant des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Les implications de cette situation ont été discutées en détail. Si nous atteignons 1,5 degré de réchauffement par rapport aux niveaux préindustriels, notre monde sera secoué par des événements extrêmes qui mettront en danger la vie sur Terre.

Dans l'ensemble, les voyages sont responsables d'environ 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les transports représentant près de 50 % de ces émissions. À l'heure actuelle, le secteur de l'aviation s'appuie sur des carburants pour avions conventionnels qui sont principalement issus du pétrole. Le carburant d'aviation est, par nature, à forte intensité de carbone car il est basé sur des hydrocarbures. C'est pourquoi les compagnies aériennes du monde entier s'engagent à devenir neutres en carbone et à atteindre leurs objectifs de zéro émission nette d'ici 2050.

L'IATA, par exemple, s'est engagée à assurer des vols à consommation zéro d'ici 2050 et a présenté un certain nombre de mesures qu'elle comptait instaurer pour atteindre cet objectif. British Airways, American Airlines, Delta, Jet Blue, Lufthansa et de nombreuses autres compagnies d'aviation commerciale ont également pris leurs propres engagements.

Si l'industrie du transport aérien veut atteindre ces objectifs, elle doit renoncer à l'utilisation de ces carburéacteurs traditionnels. Mais, comment peuvent-ils faire cela ? Il n'existe que 3 options pour le moment :

  • Avec de l’hydrogène. Le problème est que la technologie pour cela n’existe pas actuellement, elle ne fonctionne pas avec les moteurs à réaction conventionnels. Cela impliquerait des coûts énormes en matière de temps et de R pour repenser le fonctionnement des moteurs à réaction afin de les rendre plus compatibles avec l’hydrogène.
  • Passer à l’électrique. Cette méthode fait face aux mêmes problèmes que l’hydrogène, nous n’en sommes tout simplement pas encore là en matière de développement technologique pour pouvoir prendre en charge des avions électriques. Cela ne veut pas dire que cette option ne sera pas disponible à l’avenir, cependant.
  • SAF. Ce qui est génial, c’est que, comme ces moteurs ne nécessitent qu’un développement minimal, ils sont déjà utilisés pour alimenter des avions aujourd’hui. La recherche, la technologie et le développement sont ici maintenant pour que nous puissions les utiliser, ce qui signifie que nous pourrons bientôt atteindre des avions 100 % alimentés par le SAF. Cela conduirait à une réduction rapide des émissions de 80 % par rapport aux carburéacteurs traditionnels.
moteur à réaction à turbine

Alors, qu'est-ce que le SAF exactement ?

Le carburant aviation durable est un carburant pour avion qui utilise des matières premières biologiques pour fabriquer le pétrole. Pourquoi est-ce une bonne chose ? Si vous vous souvenez de ce que nous avons appris en cours de biologie à l'école, vous savez que le pétrole provient de millions et de millions d'années de matière organique passant par la chaleur et la pression. Ce n'est clairement pas une solution idéale ou durable à long terme.

Mais le SAF est différent. Les matières premières durables sont tout matériau biologique qui peut être utilisé directement comme combustible, et dans le cas du SAF, il peut s'agir de n'importe quoi, de l'huile de cuisson aux huiles végétales, en passant par les déchets solides municipaux, les gaz d'échappement et les résidus agricoles. Ce qui est génial, c'est que vous pouvez faire pousser les plantes nécessaires à la production de SAF, qui à leur tour retirent le dioxyde de carbone de l'atmosphère lors de leur croissance. Cela crée alors un « cycle de vie du carbone » organique pour générer du carburant, qui brûle, qui est ensuite mangé par les plantes !

On est loin sur la route ?

Les compagnies aériennes du monde entier se sont engagées à utiliser pleinement le SAF pour alimenter 100 % des vols d'ici 2050. Toutefois, à plus court terme, il est réaliste de penser que leur utilisation pourra atteindre 20 % de SAF d'ici 2030. C'est parce qu'il est en fait assez compliqué à produire et qu'à l'heure actuelle, le principal problème est qu'il coûte plus cher que le carburant fossile pour avion.

Nous sommes actuellement dans une situation où l'offre de SAF doit être massivement augmentée pour que cela soit une solution viable. En 2019, par exemple, la consommation mondiale de carburant a atteint un niveau record à 95 milliards de gallons. Pendant ce temps, la production annuelle de SAF était d'environ 60 millions de gallons en 2020, ce qui devrait grimper à 72 millions de gallons avec l'arrivée de nouveaux producteurs de SAF sur le marché. Bien que ce phénomène soit en plein essor, il n'est toujours pas suffisant pour répondre à la demande mondiale et nous faire passer à des voyages entièrement basés sur le SAF.

Toutefois, ce niveau de demande va stimuler l'innovation et, en fin de compte, faire baisser le prix : nous assistons à une sorte de concept cyclique où nous avons besoin de la SAF, mais pour qu'elle soit rentable, il faut à la fois des investissements et une demande.

Il est deux façons possibles pour que le SAF décolle vraiment et devienne le carburant renouvelable dominant dans le transport aérien :

  1. Avec une approche descendante : où le gouvernement impose aux compagnies aériennes une certaine quantité d'utilisation de la SAF dans un délai déterminé afin de réduire les émissions de CO2e.
  2. Avec une approche ascendante : où les utilisateurs et les autres parties prenantes s'informent des avantages environnementaux et commerciaux de la demande de SAF pour les vols commerciaux (et plus tard, le fret et le transport). Cette approche gagne déjà du terrain, avec des instituts comme le Brahmal Vasudevan Institute for Sustainable Aviation de l'Imperial College de Londres, qui a reçu un don philanthropique de 25 millions de livres sterling pour continuer à développer un transport aérien propre, sûr et durable.

Et il n'est pas rare que le coût de quelque chose de meilleur pour l'environnement baisse en raison de l'intérêt et de la demande. Les énergies renouvelables étaient auparavant extrêmement coûteuses et les coûts de l'énergie solaire ont diminué de 16 %, et ceux de l'énergie éolienne chutant entre 9 % et 13 %. Même l'énergie solaire à grande échelle a chuté d'environ 85 %. Cela montre juste qu'une fois que les humains ont mis leur esprit à l'innovation, tout est possible !

Une fenêtre sur l’avenir

Bien sûr, il n'y a aucun moyen de savoir exactement comment et quand nous pourrons déployer l'utilisation de carburants alternatifs ou de biocarburants. Ce que nous savons, c'est qu'il s'agit d'une étape nécessaire pour atteindre une véritable durabilité dans le secteur du voyage.

J'ai récemment assisté à un sommet où j'ai rencontré le PDG de Wright Electric : une entreprise soutenue par le gouvernement américain qui tente de développer des moteurs électriques pour les avions. Il semblait croire qu'ils auraient des avions électriques dans les prochaines années. Cela changerait complètement la donne en réduisant l'empreinte carbone du secteur du voyage et en atteignant nos objectifs d'émissions nettes zéro.

Mon avis sur le sujet est simplement que je pense que le SAF, et dans une certaine mesure, les avions électriques ne sont pas seulement l'avenir, ils sont l'avenir proche. Le SAF est un combustible à faible teneur en carbone, réduisant les émissions de carbone de 80 % par rapport aux combustibles aériens que nous utilisons actuellement. Je pense qu'il s'agit d'un premier pas vers le voyage durable, car il ne nécessite pas de recherches et de développements supplémentaires. La technologie et les installations de production sont déjà là pour que le SAF soit utilisé dans les vols commerciaux, et comme je l'ai mentionné ci-dessus, de nombreuses compagnies aériennes l'utilisent déjà dans une certaine mesure. Avec un peu de temps et la demande croissante des utilisateurs, cela deviendra la norme.

Ceci étant dit, à mon avis, la prochaine étape après le SAF sera l'utilisation d'avions électriques supérieure à l'utilisation d'avions à hydrogène. Les transports dans leur ensemble connaissent une évolution vers l'énergie électrique, les véhicules passant de l'essence à l'électricité et les trains suivant un chemin similaire. Il va sans dire que les voyages aériens se tourneront également vers cette solution.

Je ne pense pas que nous soyons encore prêts pour l'hydrogène dans ce domaine. Entre la difficulté de produire la ressource en premier lieu et les connotations négatives associées au dirigeable Hindenburg, je pense que nous avons un long chemin à parcourir avant que cela ne devienne une option viable.

Que peuvent faire les voyageurs et les gestionnaires de voyages pour réduire leur empreinte carbone entre-temps ?

Il existe un certain nombre de choses que vous pouvez faire pour rendre les voyages d'affaires ou de loisirs plus durables jusqu'à ce que la SAF devienne plus facilement disponible. Par exemple, vous pouvez :

Qu'en est-il de la compensation carbone ?

Oui, les voyageurs et les gestionnaires de voyages (ou vraiment, toute personne qui réserve ou organise un voyage, quel qu'il soit) peuvent considérer la compensation carbone comme un pas dans la bonne direction. Ce n'est pas la solution parfaite, mais c'est la meilleure que nous ayons en attendant que la SAF et d'autres technologies de voyage durable deviennent plus facilement disponibles.

Il est vrai que tous les environnementalistes ne sont pas complètement convaincus par la compensation carbone pour un certain nombre de raisons, des inexactitudes à la manipulation en passant par l'addition. Cependant, en théorie, la compensation des émissions de carbone fonctionne car elle permet à n'importe qui de participer à la lutte mondiale contre les émissions de gaz à effet de serre.. En effet, toute entreprise ou tout individu peut contribuer aux programmes de compensation et aider à réduire les émissions de carbone, indépendamment de son emplacement ou de sa situation. C'est quelque chose qui a été approuvé par l'IATA avec son programme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation), et c'est quelque chose que nous, chez TravelPerk, offrons également à nos clients.

Avec GreenPerk, les clients TravelPerk peuvent compenser 100 % de leur empreinte carbone liée aux voyages d'affaires. À seulement ~ 0,9 % du coût total de tout voyage, nous investissons dans des projets de compensation de carbone certifiés VERRA au nom de nos clients qui se concentrent sur la foresterie, la captage de biogaz et l'énergie renouvelable, pour n'en citer que quelques-uns. Nous avons également développé GreenPerk API, une API ouverte permettant aux entreprises de comprendre où et comment elles émettent du carbone lorsqu'elles voyagent pour affaires. Elles peuvent ensuite utiliser ces données pour les aider à atteindre leurs objectifs de consommation nette zéro.

Simplifiez à tout jamais vos voyages d’affaires.

  • Voyez notre plateforme en action. Utilisé par des milliers d’entreprises dans le monde entier, TravelPerk simplifie la gestion des voyages d’affaires en offrant une plus grande flexibilité, un contrôle total des dépenses grâce à des rapports faciles à établir et des options pour compenser votre empreinte carbone.
  • Trouvez des centaines de ressources sur tout ce qui concerne les voyages d’affaires, des conseils pour voyager plus durablement aux conseils sur la mise en place d’une politique relative aux voyages d’affaires, en passant par la gestion de vos dépenses. Nos derniers e-books et articles de blog vous couvrent.
  • Ne manquez plus la moindre mise à jour. Restez en contact avec nous sur les réseaux sociaux pour connaître les derniers lancements de produits, les événements à venir et les articles récents.