Advert icon
← Retour au blog

Marchés du carbone : qui détermine le prix de la compensation carbone ?

28 Mar 2022 15 MIN READ

Présenté par TravelPerk, la première plateforme de voyages d'affaires.

>
Home>Ressources>Blog>Marchés du carbone : qui détermine le prix de la compensation carbone ?
Marchés du carbone : qui détermine le prix de la compensation carbone ?

Alors que la date butoir pour la réalisation des Objectifs de développement durable se rapproche, les décideurs politiques ont imaginé de nouveaux modèles pour accélérer la réduction des émissions à l'échelle internationale. Lors du rassemblement de la COP26 de l'année dernière à Glasgow, les différentes nations ont continué à développer des plans pour les marchés du carbone mondiaux afin de révolutionner la façon dont les entreprises et les nations entières compensent leurs émissions. 

Alors, que sont les marchés d'échange du carbone, et comment soutiennent-ils les efforts de lutte contre le changement climatique ? En quoi les marchés du carbone diffèrent-ils des programmes traditionnels de compensation du carbone ? Qui détermine le prix des crédits carbone et quels sont les avantages et les inconvénients de cette approche ? 

Dans ce guide, nous nous efforçons de répondre à toutes les questions ci-dessus. Commençons donc par explorer le cadre général.

Comment la compensation carbone s'inscrit-elle dans le contexte plus large du changement climatique ?

Les gaz à effet de serre, ou GES, aident à réguler la température de la planète. Ils sont chargés d'absorber la chaleur et de la renvoyer vers la Terre. Mais en raison de l'augmentation des émissions de GES, cet effet de serre naturel est désormais trop important. 

Bien que les GES soient présents à l'état naturel, la forte hausse des émissions de l'équivalent CO2 depuis la révolution industrielle a contribué à l'augmentation des températures mondiales d'un degré depuis 1880. Même si un seul degré peut sembler minime, nous constatons déjà les effets du réchauffement climatique. 

En 2015, les Nations Unies ont réuni des dirigeants pour discuter d'un nouvel accord sur le climat qui succéderait au protocole de Kyoto. Connu sous le nom d'Accord de Paris, les décideurs politiques ont, entre autres, entrepris d'établir des solutions audacieuses pour lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions du gaz à effet de serre le plus répandu, le dioxyde de carbone. 

Le dioxyde de carbone a certains des effets les plus néfastes sur l'environnement, et c'est le gaz à effet de serre que les humains émettent le plus. Afin de lutter contre le changement climatique, l'article 6 de l'Accord de Paris a défini 3 stratégies dans lesquelles les pays peuvent s'engager à coopérer pour réduire les émissions de carbone et les effets du réchauffement de la planète. 

Deux approches reposaient sur l'établissement de marchés du carbone et la troisième, bien que moins précise, prévoyait un cadre de coopération hors échanges, ressemblant davantage aux programmes de développement international. 

C02 light switches

Que sont les marchés du carbone ?

Jusqu'à présent, l'engagement dans les programmes de compensation du carbone se présente sous deux aspects. Le premier est un marché de conformité, où les entreprises achètent des crédits-carbone pour éviter de dépasser les plafonds d'émissions de GES instaurés par les gouvernements, comme celui de l'Australie, ou les unions politiques, comme l'UE. Le second est un marché volontaire du carbone où les entreprises qui ne relèvent d'aucune législation peuvent tout de même démontrer leur engagement envers la durabilité en adhérant à des programmes volontaires de compensation du carbone.

L'Accord de Paris a cherché à développer ces modèles et à établir de nouveaux systèmes pour encourager les initiatives de réduction des émissions de carbone à plus grande échelle. En créant un mécanisme permettant la marchandisation d'une tonne d'équivalent CO2, les pays en développement peuvent instaurer des programmes permettant de monétiser la réduction des émissions carbone tout en soutenant d'autres objectifs clés de développement. Les pays développés peuvent investir dans ces programmes et compenser ou atténuer leurs émissions. 

Le premier des projets décrits dans l'article 6 permettrait aux nations qui ont dépassé leurs objectifs en matière d'émissions d'échanger des crédits carbone avec les pays qui peinent à atteindre leurs objectifs de réduction. Le second contient des dispositions relatives à un marché du carbone où les programmes de réduction des émissions pourraient transformer leurs efforts en crédits que les entités privées et publiques pourraient acheter pour compenser leur empreinte carbone. Les initiatives écologiques comme les parcs éoliens, le captage du méthane ou les centrales électriques solaires pourraient ainsi vendre ces compensations carbone aux entreprises ou aux gouvernements pour les aider à réduire leurs émissions et à atteindre leurs objectifs. 

Le concept de marché du carbone repose sur la notion que sans eux, les entités des secteurs public et privé ne participeraient pas à ces efforts écologiques à la même échelle. Étant donné que l'achat de crédits carbone est nettement moins cher que de transformer les opérations d'une entreprise ou de s'attaquer aux émissions nationales, il faut donc espérer que les places de marché pourront augmenter le nombre d'initiatives écologiques dans le monde.

wind turbines field

Des programmes similaires, qui relèvent de la conformité du marché de la compensation des émissions de carbone, ont déjà été mis en œuvre à titre expérimental dans des régions spécifiques ou pour des industries particulières. Par exemple, aux États-Unis, la Californie a mis en place un programme de plafonnement et d'échange pour aider à atteindre les objectifs de l'État en matière d'émissions de gaz à effet de serre. En juillet de l'année dernière, la Chine a lancé son programme visant à réduire l'empreinte carbone de plus de 2 000 centrales électriques responsables de 40 % des émissions nationales de dioxyde de carbone

Cependant, le réseau d'échange de carbone le plus établi est le système d'échange de quotas d'émission de l'Union européenne. Le système d'échange de quotas d'émission de l'UE a été créé en 2005 pour obliger les usines, les centrales électriques et les compagnies aériennes volant en Europe à acheter des crédits-carbone pour leurs activités. Destiné à inciter les organisations à réduire leurs émissions, l'Union européenne prévoit d'étendre la couverture du SEQE d'ici 2026 et de mettre en place des taxes carbone aux frontières

Mais comment les prix des crédits-carbone sont-ils déterminés ?

Comment fonctionne la tarification carbone ? 

La tarification carbone sur le marché volontaire du carbone

Sur le marché volontaire du carbone, chaque crédit de compensation équivaut à la réduction d'une tonne de dioxyde de carbone. Après avoir développé une initiative, les projets font l'objet d'une certification afin de garantir que certaines normes sont respectées et que des agents externes peuvent vérifier le suivi et les rapports. 

Parmi les certifications renommées qui régissent le marché volontaire du carbone figurent le Gold Standard, le Verified Carbon Standard et le Climate Action Reserve. D'autres organismes de certification introduisent d'autres objectifs de développement durable dans l'accréditation de leurs compensations. VERRA agit en tant qu'administrateur pour diverses normes qui intègrent les objectifs de développement, notamment : 

  • Les Standards Climat, Communauté et Biodiversité (CCB) 
  • The Sustainable Development Verified Impact Standard (SD VISTA) 
  • The Gold Standard for the Global Goals (GS4GG) 

SD VISTA et GS4GG permettent tous deux d'échanger des crédits qui ont apporté une contribution précieuse aux ODD.  

Le secteur de la compensation volontaire des émissions de carbone se distingue par l'absence d'un marché centralisé. Les crédits sont vendus par les responsables des projets eux-mêmes ou, dans le cas des programmes REDD+, par les gouvernements, généralement dans les pays en développement. Les crédits sont commercialisés directement aux acheteurs ou par le biais d'un intermédiaire. L'achat de crédits par le biais d'un système de certification reconnu permet de regrouper les projets par type afin que les acheteurs puissent choisir le type d'activités qu'ils souhaitent soutenir.  

Lors de la présentation des options aux acheteurs, les crédits-carbone sont généralement classés par type de projet (par exemple, captage du carbone, protection des forêts ou énergie renouvelable), par conseil de certification ou par qualité de crédit. Nous aborderons plus en détail les facteurs qui influencent cette valeur sous peu, mais les éléments qui peuvent influencer la valeur comprennent l'année de création ou le nombre de jetons disponibles.

smoke pollution

Tarification carbone sur le marché de la conformité carbone

Dans le contexte de la conformité, la tarification carbone permet essentiellement d'établir les coûts engendrés par les effets des GES. Ce sont les coûts payés par le public lorsqu'il est confronté à des sécheresses, à des dommages matériels dus à une augmentation des tempêtes et des inondations, et à d'autres phénomènes causés par le changement climatique. Contrairement au marché volontaire, les créditsècarbone générés sur le marché de la conformité sont négociés à 100 % en bourse. Leurs prix ne sont pas influencés par la méthodologie du projet ou d'autres facteurs que nous allons explorer. 

Les gouvernements espèrent que la tarification carbone sur le marché de la conformité puisse créer des revenus indispensables à leurs programmes de durabilité. Les budgets alloués aux initiatives environnementales sont notoirement serrés. Par conséquent, associer la réduction des émissions de carbone aux entreprises commerciales présente de nombreux avantages. 

D'autre part, les organisations peuvent utiliser le coût du carbone pour évaluer leurs opérations. La tarification carbone permet aux entreprises de comprendre comment les risques croissants posés par le changement climatique affecteront leurs résultats et d'adapter leurs pratiques pour réduire leur empreinte carbone. Les investisseurs pourront également voir l'effet des émissions de carbone sur leur portefeuille et se tourner vers des options plus écologiques et durables. 

En théorie, cette approche permettra de déplacer la charge financière des effets du changement climatique du grand public vers les entreprises responsables des émissions de carbone à grande échelle. Les décideurs politiques espèrent qu'en adoptant des lois et des taxes qui obligent les entreprises à entrer sur le marché du carbone, les entreprises seront davantage incitées à analyser leurs pratiques et à réduire leurs émissions dans la mesure du possible.

Quelles formes de tarification carbone existe-t-il ?

En 2017, 42 pays et 25 états ou villes avaient mis en place des systèmes d'échange de carbone. La nécessité d'une action mondiale en faveur du climat se faisant de plus en plus pressante, d'autres se joignent à eux et un plus grand nombre d'initiatives de tarification du carbone sont élaborées pour soutenir les lois et réglementations existantes.

Taxes sur le carbone

CLes taxes sur le carbone sont le plus souvent observées dans le cadre d'efforts obligatoires de réduction du carbone. Ces taxes fixent le prix que les entreprises doivent payer par tonne pour leurs émissions totales.

Système d'échange de droits d'émission

Comme son nom l'indique, le SCEQE permet aux participants d'échanger des crédits-carbone pour respecter leurs quotas d'émission. Ceux-ci peuvent prendre la forme de systèmes de marché des droits à polluer où des limites de carbone sont fixées, comme ceux utilisés en Californie. Il existe également des systèmes d'échange de droits d'émission de base et de crédits où les émetteurs sont audités et où les crédits sont distribués une fois que leurs objectifs de réduction sont dépassés.  

FCBR

Le FCBR permet de retenir les paiements jusqu'à ce que les objectifs clés du programme d'atténuation du carbone soient atteints. En plus de la réduction des émissions, ces objectifs sont souvent liés à des objectifs de développement international tels que la réduction des inégalités, un meilleur accès à l'énergie propre et l'amélioration des soins de santé dans les pays en développement.

jet carbon pollution air

Quels facteurs influencent le prix d'un crédit-carbone ?

Plusieurs éléments font fluctuer le coût des crédits-carbone. Notamment :

Méthodologie

La méthodologie fait référence au type de projet qui délivre le crédit-carbone. De la sylviculture aux énergies renouvelables, les différentes initiatives ont des valeurs diverses en raison des résultats qu'elles obtiennent. 

Par le passé, certains se sont inquiétés que les projets de reforestation aient plongé les communautés locales dans la crise. De plus en plus, les programmes tels que les cuisinières écologiques ou le captage du carbone qui s'attaquent à plus d'un objectif de développement durable sont réputés plus efficaces et moins controversés.

Millésime 

Comme pour le vin, l'année d'émission de la compensation carbone peut affecter son prix. Cependant, contrairement aux meilleurs millésimes, les crédits les plus récents sont plus chers dans le cadre d'échange du carbone. Cette tendance se poursuivra probablement à mesure que les régimes gagneront en clarté et seront mieux encadrés.

Volume d'émission de projets

Comme tout produit, plus l'édition est limitée, plus il sera demandé. Moins un programme a de crédits à offrir, plus sa valeur est élevée.

Standard de vérification

Il existe de nombreux systèmes différents pour accréditer les systèmes de compensation des émissions de carbone. Les plus renommés sont VERRA, REDD et le Gold Standard. Le prix de vos compensations carbone dépendra également de la catégorie à laquelle appartiennent vos crédits. Plus les critères du système sont stricts, plus l'achat de compensations sera coûteux.

Le commerce du carbone fonctionne-t-il ?

Comme nous y avons fait allusion précédemment, la mise en place de marchés du carbone a été un sujet sensible au cours des discussions de la COP26 de l'année dernière. En théorie, la mise en place de ces systèmes pourrait encourager les technologies durables et accélérer l'arrivée d'une économie à faible émission de carbone. Cependant, tout le monde n'en est pas convaincu. Le marché de la compensation volontaire a fait l'objet d'accusations d'inexactitude, et la question de savoir si les nouveaux efforts doivent inclure les programmes existants est controversée. Un autre point de discorde porte sur l'additionnalité. Si les crédits-carbone créés ne font pas baisser les émissions, ont-ils une réelle valeur ? Par exemple, si une forêt n'est pas réellement menacée de déforestation, le fait de la soutenir a-t-il un quelconque mérite en termes de réduction de l'empreinte carbone ?

Il reste encore de nombreux détails à régler avant que les idées exposées dans l'article 6 puissent devenir une réalité généralisée. Par exemple, les décideurs politiques doivent encore établir si les crédits obtenus dans le cadre d'un premier projet expérimental doivent être reportés sur de nouvelles initiatives ou si les réglementations étaient trop insuffisantes pour qu'ils soient valables à l'avenir. 

Les participants doivent également s'attaquer à l'écueil potentiel du cumul des comptes. Si le vendeur et le récepteur de crédits-carbone les enregistrent en fonction de leurs objectifs d'émissions, cela pourrait miner l'ensemble du marché. Nombre de ces points de friction prendront du temps à être résolus en raison de leur nature technique et des nuances politiques qu'ils impliquent. 

Les clients sont de plus en plus attentifs aux entreprises qui ne font pas le nécessaire pour assurer un avenir plus écologique à leur entreprise. Si les marchés du carbone ne sont pas étayés par des rapports complets et une totale transparence, ils ne contribueront guère à apaiser les craintes de voir les pays et les entreprises se livrer à un blanchiment écologique de pratiques problématiques et éviter d'apporter de réels changements pour réduire leur empreinte carbone.

Certaines organisations prennent les devants et façonnent une voie plus durable. Grâce à leur souci écologique, ces entreprises gagnent des clients à vie en réévaluant les chaînes de production et en abandonnant les combustibles fossiles au profit de sources d'énergie vertes. Après avoir fait ce travail difficile, la compensation carbone peut aider à remédier à ces dernières émissions inévitables, et les clients peuvent être assurés que les entreprises font passer la planète avant les profits.  

Malgré les problèmes possibles, l'Organisation de coopération et de développement économiques a soutenu la tarification du carbone comme un outil efficace pour réduire les émissions mondiales. Selon l'OCDE, pour chaque augmentation de 12 dollars du coût d'une tonne de dioxyde de carbone, les émissions diminuent de 7 %

Le principal problème est que la tarification du carbone est actuellement trop faible, et que les entreprises et les gouvernements ne sont pas incités à acheter les crédits-carbone dont le prix est plus élevé. Bien que les prix augmentent, il reste encore du chemin à parcourir avant d'atteindre les principaux objectifs climatiques et d'éviter les pires conséquences du réchauffement de la planète.

Envie d’en apprendre plus?

Nous sommes ravis que vous ayez aimé ce que vous avez découvert et que vous souhaitiez continuer à discuter avec nous. Vous savez quoi? On vous aime bien aussi! Voici 4 choses que vous pouvez faire ensuite:

  • Demandez une démo pour voir comment fonctionne la plateforme
    TravelPerk.
     TravelPerk est la société de gestion de voyages nouvelle génération qui aide des milliers d’entreprises à améliorer leurs voyages d’affaires. Avec des fonctionnalités comme des voyages flexibles, des mises à jour en direct des restrictions de voyage et le calcul des émissions de carbone, TravelPerk rend les voyages d’affaires super simples.
  • Continuez à lire et à vous informer sur tout ce qui concerne les voyages d’affaires, la durabilité et le futur du monde professionnel sur notre page de ressources. Parcourez des centaines d’articles de blog, de points de vue d’experts, d’ebooks, de guides, de webinaires, et bien plus encore.
  • Gardez le contact avec TravelPerk sur nos plateformes de réseaux sociaux! Nous encourageons les échanges sur nos pages LinkedIn, Facebook ou Instagram. Suivez-nous pour recevoir des mises à jour en direct sur les nouvelles caractéristiques des produits, les articles qui viennent de paraître et les événements à venir, et plus encore !
  • Consultez notre tableau des emplois pour trouver des opportunités pour vous joindre à TravelPerk. Notre équipe s’agrandit et nous sommes toujours à la recherche de personnes talentueuses pour nous rejoindre.